Administration fédérale admin.ch
Département fédéral des affaires étrangères
Direction du développement et de la coopération DDC
La DDC de par le monde

Visitez les sites Web des bureaux suisses de coopération.

Suisse
Suisse 
Recherche:



La DDC et la sécurité alimentaire

Début 2008, les prix des denrées de base ont pris l’ascenseur, mettant à mal la sécurité alimentaire, augmentant la menace qui pèse sur les démunis et déclenchant des émeutes de la faim dans plus de quarante pays. Face à cette situation, la DDC tente d’améliorer les conditions de vie des plus mal lotis par le biais d’une aide d’urgence et de programmes à long terme, tant au niveau bilatéral que multilatéral. Les programmes à long terme de la DDC comprennent la promotion de l’agriculture et la recherche agricole dans les pays en développement ainsi que la défense des intérêts de ces pays dans les négociations internationales sur le commerce. La DDC prend aussi une part active aux efforts de la Suisse qui œuvre pour que le système des Nations unies et les institutions financières internationales fassent front ensemble dans la crise actuelle. Dans le cadre de projets bilatéraux et multilatéraux, la DDC consacre par ailleurs 100 millions de francs chaque année à la sécurité alimentaire. La DDC allant inclure la sécurité alimentaire dans le monde parmi ses priorités, elle sera en mesure de mobiliser d’autres ressources à l’avenir.

Situation alimentaire dans la région du Mékong
La région du Mékong (Vietnam, Laos, Cambodge et Thaïlande) est une réserve de riz d’importance régionale et mondiale. Comme ailleurs, les prix des aliments y ont enregistré une nette hausse, augmentant d’autant les charges qui pèsent sur le budget des ménages. Le riz revêt une importance particulière pour les habitants de la région, puisqu’il fournit un tiers au moins de leur apport calorique quotidien. Les pénuries alimentaires et la malnutrition touchent surtout les régions pauvres et reculées, souvent peuplées par des minorités ethniques. Au Laos par exemple, jusqu’à deux tiers des familles vivant à la campagne risquent de sombrer dans l’insécurité alimentaire; la malnutrition chronique est déjà largement répandue parmi les enfants de moins de cinq ans. L’heure est grave, car ceux qui sont parvenus à s’extraire de la pauvreté avant la présente crise pourraient fort bien y replonger, car les moyens de s’en prémunir sont rares.

De plus, les réserves alimentaires de la région s’épuisent. Certains gouvernements ont décidé de contingenter les exportations, voire de les interdire complètement ou temporairement, afin de couvrir les besoins nationaux. Et, malgré les bonnes récoltes engrangées, les prix du riz devraient se maintenir à un niveau élevé, car la demande ne fléchit pas. D’un côté, des prix alimentaires élevés peuvent représenter une chance pour les petits producteurs, leur assurant un bon retour sur investissement et l’accès aux marchés. D’un autre côté, les coûts de production augmentent, car les facteurs de production deviennent plus onéreux.

La DDC à l’œuvre dans la région du Mékong
La DDC suit plusieurs voies pour contribuer à la sécurité alimentaire dans la région du Mékong: Divers projets misent sur l’accroissement de la production et de la productivité de l’agriculture et de l’élevage. Ces projets établissent des liens entre recherche agricole, application de techniques de production efficaces et de bon rendement et systèmes de vulgarisation adaptés aux conditions locales, afin d’assurer que les innovations soient portées à la connaissance des petits paysans pauvres. Au Laos, le projet de promotion agricole LEAP et le projet Lao-IRRI (voir encadrés) témoignent du succès obtenu grâce à la diffusion de connaissances, à la formation et au développement de capacités. Dans les régions couvertes par ces projets, les paysans ont nommé leurs propres «vulgarisateurs» qui sont chargés d’assurer les échanges d’expériences et de connaissances entre villages et entre villageois.

Les projets axés sur l’économie rurale, la gestion des ressources naturelles et la création de revenus ont aussi un impact sur la sécurité alimentaire. Il faut des ressources naturelles productives pour engranger de bonnes récoltes et les revenus issus de la vente des excédents ou d’activités non agricoles sont indispensables pour surmonter les périodes de pénurie alimentaire. Le projet de promotion de la petite agriculture dans les montagnes du Laos et du Vietnam (SADU) est un cas d’école: il encourage des initiatives de production durable répondant aux besoins des communautés rurales de la région. Ici, ce sont la diversification et la valeur ajoutée aux ressources locales naturelles qui créent des emplois et des revenus.

L’étroite collaboration menée par la DDC avec de grands organismes régionaux, tels l’Institut international de recherche sur le riz (IRRI) et le Centre de recherche et de développement sur les légumes en Asie (AVRDC), a débouché sur l’obtention de nouvelles variétés de riz et de légumes. Offrant un meilleur rendement, elles résistent aussi mieux aux parasites, aux maladies et à la sécheresse. La diffusion de nouvelles techniques agricoles permet de gagner du temps et accroît ainsi la productivité du travail.

La DDC a financé l’Irrigated Rice Research Consortium (IRRC), un partenariat régional conclu en 1997 entre l’IRRI et onze pays producteurs de riz (Bangladesh, Cambodge, Chine, Inde, Indonésie, Laos, Myanmar, Sri Lanka, Vietnam, Malaisie et les Philippines). Ce partenariat a contribué à cerner des problèmes propres à la production de riz dans chacun des pays, puis à les résoudre en développant et en testant sur le terrain de nouveaux modes de culture et de gestion des récoltes. Des méthodes exigeant peu d’eau et de travail, tels l’ense­mencement direct ou l’alternance de périodes sèches et humides, ont ainsi été adoptées par des milliers d’agriculteurs. De plus, les bons résultats obtenus du côté de la conservation des récoltes, de la gestion des nutriments adaptée au site et de la lutte intégrée contre les rongeurs ont conduit à l’adoption de nouvelles politiques nationales et de recommandations que des millions de paysans appliquent aujourd’hui en Asie.

Il importe de poursuivre les efforts visant à appliquer les résultats de la recherche pour en faire profiter les petits paysans. En collaboration avec ses partenaires, la DDC vise dès lors à reproduire et à diffuser des méthodes de culture éprouvées dans toute la région du Mékong, sans perdre de vue cependant que ce sont les solutions les mieux adaptées aux conditions locales qui ont le plus de chances de succès auprès des agriculteurs.

Informations complémentaires et documentation

  • Sécurité alimentaire dans la région du Mékong
    Fiche d'info, septembre 2008
    télécharger (PDF, 1131 KB) [de]   [en]   [fr]